À propos du fondateur

Pitus Farre-Cuso est né dans la campagne catalane, au pied de la montagne de Montserrat, près de Barcelone. Il passe toute son enfance et l'adolescence en pleine nature. Les années passées à l'école furent très courtes et peu gratifiantes pour lui.

A l'âge de 12 ans, il commence à travailler dans plusieurs ateliers d'artisans, et commence aussi une vie artistique grâce au chant dans une chorale. Il se produit également comme comédien au théâtre. Son apprentissage des arts plastiques débute à l'ÉCOLE D'ARTS ET MÉTIERS de Barcelone, et ensuite, il continue dans le plus grand atelier de sculpture sur pierre de la ville.


Il crée une École d'Arts plastiques pour former les jeunes dans diverses disciplines.

Il pratique également l'Art de restaurer et aménager les demeures anciennes.

En 1984, il fixe sa résidence à Paris.

Pendant des années, il partage son temps entre la création artistique personnelle de sculpture sur pierre et la restauration des sculptures sur de nombreux sites culturels, artistiques et historiques du patrimoine français (musée du Louvre, place de la Concorde, etc.).

Il fait également de très longs séjours d'études en Europe, à Stockholm, Londres et Vienne ainsi qu'en Australie et aux États-Unis.

Il réside pendant plus de deux ans en Inde, à Ranchi et à Calcutta, où germe l'idée de créer un centre artistique et éducatif. Il passe aussi plus d'une année dans l'Himalaya, en pleine forêt et en silence.

Les créations artistiques et la recherche spirituelle sont un permanent et complémentaire dialogue qui deviennent l'axe et le sens de sa Vie.

L'écriture aussi importante que le silence devient pour lui le chemin permettant d'aller vers la profondeur du Soi, et ensuite, d'aller vers le Cœur et la Beauté de la rencontre avec l'autre.


La méditation nourrit son travail, et le travail donne sens à sa vie. Ses dernières années sont consacrées à conceptualiser et à préparer l'actuel Projet « LES PONTS DES ARTS ».

Son souhait est d'accueillir le meilleur du moment présent ainsi que le meilleur du passé, afin de co-créer un futur et un présent plus justes, plus beaux et plus solidaires.